Conférence Episcopale Régionale de l'Afrique de l'Ouest Francophone

Photos
Quotidien
Reportage N°2 du 04 février 2003

Ouverture solennelle de la 15ème Assemblée Générale de la CERAO.

Arrivés lundi, les évêques de la conférence Episcopale Régionale de l'Afrique de l'Ouest francophone ont entamé les travaux de leur 15ème Assemblée Générale par une séance solennelle d'ouverture qui s'est déroulée mardi matin au palais des congrès de Bamako avec la présence des membres du gouvernement malien, conduits par le Premier ministre, Ahmed Mohamed Ag HAMANI, des représentants des autorités municipale des autres Institutions de la République, du Corps Diplomatique et des Organisations Internationales, du Haut Conseil Islamique, du Nonce apostolique au Mali, Mgr Guiseppe PINTO, du Secrétaire de la Congrégation pour l'Evangélisation des Peuples, Mgr Robert SARAH, du président du symposium des Conférences Episcopales d'Afrique et Madagascar, le SCEAM, Mgr Laurent MONSENGWO, Archevêque de Kisangani en RDC et du cardinal Bernard AGRE, archevêque d'Abidjan.

Dans son discours d'ouverture, le président de la CERAO, Mgr Théodore Adrien SARR, archevêque de Dakar au Sénégal, à notamment évoqué et condamné les conflits armés, les violences et la persistance des crises en Casamance au Sénégal entre ce pays et la Mauritanie, les luttes intestines en Sierra Leone et au Libéria qui ont détérioré les relations de ces deux pays avec la Guinée, les violences récurrentes au Nigeria, enfin la crise en Côte d'Ivoire, qui inquiète toute la région ; il en a déploré toutes conséquences funestes.

Le président de la CERAO a souhaité la constitution d'un groupe dont la mission serait de contribuer davantage à la recherche et à la construction de la paix dans la région. Il a aussi souhaité que la construction patiente et prudente, mais résolue de la grande communauté humaine de la CEDEAO ne déçoive pas les nombreuses attentes des populations.

Auparavant dans son mot d'accueil, l'archevêque de Bamako, Mgr Jean ZERBO, a également évoqué les maux qui causent beaucoup de souffrance en Afrique comme la famine, la pandémie du sida et les guerres fratricides, et exprimé la solidarité de tous au peuple et aux évêques de Côte d'Ivoire qui traverse une grave crise.

Quant au Nonce Apostolique au Mali, Mgr Guiseppe PINTO, après avoir donné lecture du message du Pape, a ensuite insisté dans son discours sur la spiritualité de la communion qui doit caractériser les relations entre les membres de l'Eglise.

Le Premier Ministre et Chef du gouvernement malien, M. Ahmed Mohamed Ag HAMANI, a dans son discours de bienvenu souligné que la culture de l'amour du prochain enseigné par les Saintes Ecritures de toutes les religions, si elle est comprise et acceptée par tous, demeure le meilleur gage du climat de paix sociale. Il a aussi rappelé le rôle important joué depuis 115 ans par l'Eglise Catholique au Mali dans l'œuvre de la construction nationale à travers son engagement dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'hydraulique, de la formation professionnelle, de la promotion de la femme et de la protection de l'enfant.

De Bamako au Mali
Joseph Ballong Wen Mewuda
Radio Vatican.